Codecademy : l’apprentissage online des langages informatiques (Partie 2/2)

Vers l’internationalisation du modèle ?

2012, l’année de la consécration. Le très sérieux Time Magazine élevait Codecademy au rang des meilleurs sites internet du monde. Apothéose pour la jeune société quand le très influent blog américain TechCrunch spécialisé dans les start-ups Internet, a confirmé son statut de “meilleure entreprise dans le secteur de l’éducation”.

Convaincus par le fort potentiel de Codecademy et du marché de l’éducation en ligne, la star de l’entrepreunariat Richard Branson et Kleiner Perkins de la firme d’investissement DST Yuri Milner n’ont pas hésité à apporter leur soutien financier à la start-up en vue de son internationalisation.

Même les politiques ont été séduits par le concept. Michael Bloomberg, le maire de New-York, a fait savoir qu’il allait se mettre à l’apprentissage des langages informatiques sur Codecademy. Un tweet plus tard, un demi-million d’internautes s’inscrivaient eux aussi sur le site.

Consciente qu’il faille sensibiliser la population aux principes du code, la Maison Blanche a lancé cette année-là un programme nommé Code Summer+ pour attirer les plus jeunes sans qualification spécifique à se former à la programmation informatique afin d’optimiser leurs chances de trouver un emploi dans ce secteur.

Une vision nouvelle du système d’éducation

Codecademy révolutionne les principes actuels de l’éducation : permettre à qui le souhaite d’apprendre en ligne les différents langages de programmation informatique. Rappelons que le système scolaire actuel des Etats-Unis est resté inchangé depuis le XIXème siècle, sans bien sûr avoir été conçu pour s’adapter à l’évolution des moeurs... et des technologies !

Il en est d’ailleurs de même pour la France.

Alors, notre système éducatif est-il démodé ? En proposant aux apprenants de quitter les salles de classe ou les bancs de l’université pour suivre des cours en ligne, “l’e-éducation” sera-t-elle la future norme ? Pas impossible.

La place prépondérante qu’a pris le web nous oblige à devoir repenser nos méthodes d’apprentissage et construire les fondements de l’éducation dont le monde aura besoin demain. L’idée n’est pas d’ouvrir une énième école qui enseignerait les rudiments des langages de programmation tel que “42” de Xavier Niel, mais bien d’ouvrir et élargir la connaissance, quitte à ce que ça se passe sur le web.

Pour preuve, les lacunes de notre système d’éducation font qu’aujourd’hui le secteur IT et plus particulièrement celui de l’édition logicielle manque cruellement de nouveaux talents maîtrisant les rouages du code.

Sans les compétences nécessaires en interne, difficile pour les éditeurs de continuer leur activité !

Le concept de Codecademy ne peut être qu’encouragé...

Par Caroline Kulko

Restez connectés !

Tous ces articles (et bien d’autres) dans votre boîte mail ?