Les acteurs proposant des prestations SEO sont nombreux. Les agences de communication, les agences web ou encore les agences spécialisées dans le référencement répondront toutes à un appel d’offre sur le référencement. En tant qu’acteur de l’IT, et parmi cette multitude de choix, il est parfois difficile de savoir comment choisir. Nous vous donnons ici quelques éléments de réponses.

 

Connaît-il votre secteur d’activité ?

Les agences ont toutes de belles références à afficher sur leur site et à présenter lors de rendez-vous commerciaux. A travers leurs projets, elles vous présentent l’étendue de leurs compétences. Vous finirez par choisir l’agence ayant fait le travail le plus complet et esthétique. Cependant, les plus généralistes ont tendance à avoir une expérience BtoC. Cette dernière ne vous sera alors pas utile car votre secteur est spécifique.

Travailler pour une grande marque de prêt-à-porter ou pour un éditeur de logiciel ne relèvera pas du même enjeu. Vérifiez parmi ses références si votre partenaire potentiel a déjà travaillé dans le monde de l’IT avec une structure comparable à la vôtre. Par ailleurs, les projets présentés parlent-ils de SEO ? Si aucun d’eux ne concernent le référencement naturel (mais uniquement l’adwords par exemple), méfiez-vous. Observez des données quantifiables ! L’agence a-t-elle permis d’augmenter la position de son client sur un mot clé donné ? Cherchez des preuves concrètes et chiffrées. Dernier critère important, votre agence est-elle en veille permanente ? Les critères Google évoluent vite en terme de référencement. Il est donc nécessaire que votre prestataire vous prouve que ses connaissances sur le SEO sont à jour (participe-t-il régulièrement à des rendez-vous annuels tels que le SEO Camp’us par exemple ?). 

 

Comprend-t-il vos cibles ?

Toute communication commence par une compréhension de votre cible. Le référencement n’échappe pas à cette règle. Il faut se mettre à place de l’utilisateur pour comprendre les requêtes qu’il tape dans sa barre de recherche. Pour travailler les contenus froids de votre site internet, il faut savoir utiliser le jargon de vos clients et prospects. Il y a parfois une différence entre votre vocable et celui de vos clients.

Plus loin qu’une simple connaissance du secteur, vous devez donc choisir un partenaire qui comprendra les enjeux de vos clients. Testez sa capacité à se mettre à la place de vos prospects et à comprendre leurs spécificités. Vous êtes dans un secteur BtoB, où votre cible est parfois difficile à convaincre. Tout le monde parle de transformation numérique, et celle-ci est en marche. Mais certaines entreprises sont encore réticentes à faire appel à vos services ? Votre communication et votre référencement doivent faire état de difficultés rencontrées dans leur quotidien.

 

Quel type de contrat vous propose-t-il ?

Votre partenaire semble répondre à un grand nombre de critères cités ci-dessus. Il est donc temps de se pencher sur le contrat qu’il vous propose. Le SEO se travaille en continu, oubliez les contrats one-shot. L’agence vous propose-t-elle d’intervenir directement sur votre site et son code source ou se contente-t-elle de recommandations généralistes ? Vous avez besoin d’opérationnel autant que de théorique. Privilégiez les équipes capables d’intervenir autant sur le plan technique que rédactionnel. Un prestataire en référencement naturel qui n’intervient que sur le plan technique était un bon prestataire… il y a 10 ans ! La rédaction de contenus est aujourd’hui obligatoire. De plus, vous êtes éditeur de logiciels, vous avez peut être certaines compétences techniques en interne. Votre prestataire doit pouvoir adapter son contrat selon les ressources et compétences dont vous disposez.

Enfin demandez-lui en combien de temps vous pouvez espérer des résultats. Près d’un an ? C’était valable il y a 10 ans. Aujourd’hui grâce à une stratégie de référencement bien menée vous pouvez constater des résultats en quelques mois seulement. Définissez donc en amont quelques objectifs clés à atteindre.


Morgane Rousset

Par Morgane Rousset, le 22 mai 2018

Share This