Véritable tendance méthodologique actuelle, le design thinking trouve en réalité son origine dans les années 80. L’objectif principal est d’appliquer la démarche d’un designer aux projets d’innovation. En quoi le design thinking est-il une méthode gagnante pour la création de sites Internet ? Gtec décrypte cette tendance pour les acteurs de l’IT. 

 

Qu’est-ce que le design thinking ? 

80 % de l’efficacité commerciale d’un site web d’éditeur de logiciel, d’intégrateur logiciel ou de SSII (ESN) tient dans la qualité de sa conception. C’est en tenant compte d’une telle statistique que le design thinking prend tout son sens. En effet, cette méthodologie en cinq étapes permet un alignement parfait entre les attentes de votre cible et votre stratégie : génération de leads, développement de la notoriété et crédibilité, mise en place de sales automation… 

 

Le Design thinking : 5 étapes clés

design thinking editeur de logiciels

La première étape est la phase d’empathie, autrement dit, celle de l’inspiration. Celle-ci comprend plusieurs points clés :  

  • L’observation de votre marché : Identifiez vos principaux concurrents, leurs sites d’éditeurs de logiciels ou d’intégrateurs, leurs stratégies digitales, etc. Quelles bonnes pratiques sont à reprendre ? Quelles sont les erreurs à éviter ? 
  • L’identification des forces et faiblesses internes : que ce soit en termes de référencement naturel ou de territoire de marque, c’est l’occasion d’identifier vos axes d’amélioration. 
  • L’inspiration “out of the box” : Allez chercher l’inspiration en dehors de votre marché !  Quels sont les sites qui ont laissé une empreinte dans votre esprit ? Identifiez le style qui vous plaît ! 
  • L’étude des clients finaux : Il est indispensable de vérifier que vos goûts sont en adéquation avec les attentes de vos cibles. Votre site peut vous plaire, mais s’il ne plaît pas à vos personae, il ne convertira pas. Ne négligez pas l’étude de vos cibles !

La deuxième étape, la définition, est une phase de contextualisation de vos objectifs. Votre site internet n’est pas qu’une simple vitrine de vos produits. Il représente des enjeux marketing, commerciaux, RH… Il faut donc pouvoir identifier les besoins de chaque département afin d’optimiser votre site Internet. Par exemple, en tant qu’acteur de l’IT, le recrutement de développeurs web peut être un challenge au quotidien. Des pages travaillant votre marque employeur seront alors nécessaires. En réunissant plusieurs collaborateurs de chaque département, vous répondrez plus facilement à tous les enjeux.

La troisième étape est la phase d’idéation. Vous effectuez un tri parmi les observations faites. Vous définissez ainsi le parti pris graphique et les fonctionnalités à intégrer. N’oubliez pas de définir l’objectif de votre site à cette étape. Votre cahier des charges commence à se former.

Quatrième étape : le prototype. Après avoir observé vos objectifs stratégiques, les besoins de vos cibles ainsi que vos attentes graphiques, les équipes de développement seront en mesure de vous proposer des prototypes.

Cinquième et dernière étape, le test. C’est à ce moment-là que vos collaborateurs découvriront pas à pas : arborescence, wireframe, expérience utilisateur et parti pris graphique. Concrètement, vous validerez au fur et à mesure les maquettes de votre site Internet. Une fois publié, vous confrontez l’adéquation de votre site internet d’éditeur de logiciel ou d’intégrateur avec les réactions de votre cible ultime : les internautes. 

 

Design thinking, synonyme de performance 

design thinking ssii

Maintenant que vous avez appréhendé les étapes du design thinking, vous vous demandez certainement en quoi cette technique est plus performante qu’une autre. Tout d’abord car elle est basée sur les attentes de vos cibles (phase d’empathie). Cette étape est absolument indispensable pour l’efficacité commerciale de votre site. En effet, bien trop souvent, en tant qu’éditeur de logiciel, on est tenté de démontrer à quel point les fonctionnalités de notre solution sont merveilleuses. Et pour cela on utilise un jargon technique, le vocabulaire IT. Malheureusement, les décideurs en face de vous n’ont pas toujours ce niveau de technicité, surtout s’il s’agit de directions Métiers ou d’utilisateurs. Cependant, ils ont des problématiques bien concrètes et spécifiques à leur domaine d’activité telles que fiabiliser la production, sécuriser une flotte mobile dans l’entreprise, gagner du temps sur l’édition de documents légaux, et bien d’autres encore. C’est sur ces problématiques qu’il faut les adresser. Vous l’avez compris, ignorer la phase d’empathie limite l’efficacité commerciale de votre site. 

En adoptant la co-construction sur votre projet, les bénéfices sont nombreux. En premier lieu, l’implication des équipes. Vos collaborateurs seront plus intégrés et concernés pas le site internet quelque soit leur département. Et les résultats s’en feront sentir. En second lieu, le gain de temps. Le prestataire ne sera pas en roue libre sur le design et la construction (à moins que ce soit votre choix) : il travaillera selon vos attentes, vos goûts. Cela évitera de nombreux allers/retours, des impatiences et des fâcheries. Enfin, pas besoin de construire un cahier des charges de 50 pages, puisque vous créerez ensemble votre site, étape par étape.  

 

site web editeur de logiciel


Alexandra Baa

Par Alexandra Baa, le 22 juin 2020

Share This